Séance de torture pour une citadine libertine française

2 vues
100%
0

Énorme séance de torture pour une citadine libertine française. Ce donjon a l’air peut être sobre avec ces quelques accessoires posés çà et là, mais, plusieurs personnes y ont trouvé leur compte, telle que cette brunette soumise qui a effectué un long voyage pour y subir les pires sévices de sa vie. Ce n’est pas parce que le temple de torture de notre maîtresse n’est pas super approvisionné qu’on n’y trouve pas jouissance, bien au contraire, avec peu, elle fait de grandes prouesses car, Cruela a de la suite dans les idées et, c’est ce qui est le plus important. D’ailleurs, sa réputation plaide en sa faveur, cette greluche a donné son corps à la science, elle s’est dévouée corps et âme pour le plaisir des autres. Passer toutes ses journées à torturer ses congénères, il faut vraiment aimer la chose ! Au fil des années, femme est une salope a acquis la maîtrise et les techniques parfaites, aucune ne lui échappe !

C’est vêtue de son uniforme de sadique sexuelle ( cuir et latex ) qu’elle accueille chaleureusement son invitée, une citadine travaillant dans la fonction publique qui voulait apprendre à se connaître, à découvrir le plaisir de sexe extrême en offrant sa douce peau pour des châtiments et du sexe sans aucune limite. Aussi, dotée d’une imagination fertile pendant une baise amateur, la maîtresse à qui elle s’est confiée n’a jamais déçu et, la femme libertine très chaude à la chatte gonflée ne décevra notre exploratrice !

Que va t’il y avoir pendant la séance de torture pour la citadine libertine française ?

La séance sadomasochiste commence par des coups de cravache où l’esclave, sans résistance, se laisse d’abord ligoter sur une croix communément appelé croix de saint André. Si certaines maîtresse simulent, celle-là y va à fond, avec toute la puissance avant le depucelage anal et la sodomie douloureuse. Ces coups de fouets vous renvoient aux années où l’on punissait les brigands de cette manière, aucune réserve, le but est de faire mal, quitte à laisser des stigmates sur la peau douce de la citadine qui aura la totale ce soir. Brûlure à la bougie, gode dans le fion, humiliation, etc…